galerie denise rené
galerie denise rené

Matti Kujasalo

Du 20 Septembre au 3 novembre 2018

Célèbre dans son pays, Matti Kujasalo est sans doute l’un des artistes Finlandais contemporains les mieux connus et les plus appréciés à l’étranger.
 Né à Helsinki en 1946 et initié à l’art dès son plus jeune âge par sa grand-mère, elle-même artiste confirmée, il intègre très tôt, en 1964, l’Académie des beaux-arts de Finlande, dont il prendra plus tard la direction après y avoir enseigné. 

Explorant le monde à la fin des années 1960, il parcourt les États-Unis où il rencontre pour la première fois le travail d’Ad Reinhardt et de Josef Albers, dont l’impact marquera durablement son inspiration artistique.
Mais l’œuvre de Kujasalo prend également ses racines chez Mondrian et dans la vague de l’art cinétique (Op art) qui se développe ces années-là, et s’enrichit en particulier de la confrontation avec le travail d’artistes tels que Bridget Riley et Richard Anuzkiewicz. 

C’est ainsi que dès les années 1970, Kujasalo impose son esthétique abstraite et géométrique sur la scène artistique internationale. De nombreuses expositions personnelles lui sont consacrées dans des galeries et des musées européens notamment en Italie, en Allemagne, en Suisse et en Hongrie. Il représente également la Finlande à la Biennale de Venise et ses œuvres rejoignent les collections de musées tels que l’Albertina de Vienne, l’Arithmeum de Bonn, le Forum Konkrete Kunst Museum d’Erfurt, le Joseph Albers Museum de Bottorp ainsi que des collections privées en Finlande, en Scandinavie, en Europe et aux États-Unis. Matti Kujasalo, qui se définit comme un « constructiviste systématique », fait alors du carré l’élément fondamental de sa recherche de la ligne pure, choix structurant qui traduit une volonté artistique tendue vers la construction radicale. 

Alliant l’art concret et la puissance de la peinture hard-edge, Kujasalo élabore ses tableaux selon des règles mathématiques fondées sur les possibilités de division de la trame carrée, exploration qu’il partage notamment avec certains des représentants majeurs de l’art construit suisse.
 La réalisation de ses œuvres est d’une telle perfection qu’on pourrait penser qu’il s’agit d’une technique digitale. En réalité, Matti Kujasalo peint directement sur sa toile, en mettant en œuvre une technique méticuleuse à partir de rubans adhésifs qui se chevauchent selon des parcours toujours plus sophistiqués avec le temps. Une fois les rubans disparus, la superposition des couches de peinture confère au tableau une présence physique mystérieuse révélant, au-delà de son système de construction, l’existence d’une vibration sensible émanant de la toile, tandis que les marques de crayon qui subsistent occasionnellement nous rendent clairement perceptible le minutieux processus de réalisation de l’œuvre. 

L’artiste a ainsi développé au fil des années un vocabulaire expressif bien particulier et a su, à partir des règles formelles qu’il a élaborées, créer un univers visuel immédiatement reconnaissable, en même temps qu’infiniment nuancé et toujours différent d’un tableau à l’autre. Son œuvre, fascinante parce qu’elle excite au plus haut point l’intelligence de l’observateur et qu’elle lui offre sans cesse de nouvelles pistes de découverte, laisse pourtant toute sa place à la magie, à la surprise, et au surgissement de l’émotion esthétique. 

 

Matti Kujasalo semble ainsi avoir atteint le but que s’assigne tout artiste : créer une technique picturale spécifique, au service d’une esthétique propre.
 Alors qu’il avait choisi, depuis plusieurs décennies, de peindre exclusivement en noir et blanc, pensant que les couleurs empêcheraient de discerner la structure interne gouvernant ses œuvres, Kujasalo revient dans ses nouvelles toiles à la couleur, au rouge, au vert, à l’orange qui illuminaient de leur éclat ses premières œuvres « optiques ». 

Parce qu’elles sont structurellement très complexes, ces peintures récentes obligent à renoncer à la « compréhension » du système qui les régit et à lâcher prise, pour se laisser envahir par le mystère, en acceptant simplement le plaisir que nous donnent les œuvres.
L’exposition solo que la galerie denise rené consacre cet automne à Matti Kujasalo est donc conçue comme une rétrospective du travail de cette figure majeure de l’art finlandais des dernières décennies, encore trop peu et mal connue en France, que la galerie souhaite faire découvrir à un large public. 

Il s’agira de la deuxième exposition personnelle à Paris de cet artiste, que la galerie a déjà également présenté dans des expositions de groupe. Cette présentation de l’œuvre de Matti Kujasalo s’inscrit dans la logique du combat permanent mené depuis les années cinquante par la galerie denise rené pour la promotion de l’art construit et du cinétisme. 

 

matti kujasalo

blue-brown, 2017

acrylique sur toile

80 x 80 cm

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© SOCIETE NOUVELLE GALERIE DENISE RENE